UDAF 13
tuteurs familiaux

Actualités

Voir toutes les actualités

La famille en tête des valeurs face à la peur de la précarité, selon un sondage CSA pour l’Uniopss

Les trois quarts des Français redoutent de connaître un jour la précarité, c’est ce qui ressort d’un sondage CSA sur le thème de la solidarité, publié mercredi 23 janvier. Sur un panel représentatif de 990 personnes, 75 % pensent en effet « possible » qu’elles-mêmes ou un proche puissent un jour se retrouver en situation de précarité (perte d'emploi ou de logement, endettement, etc.). Les Français les plus inquiets sont les moins aisés, les actifs et les femmes.

Ce sondage, commandé par l’Union nationale interfédérale des œuvres et organismes privés non lucratifs sanitaires et sociaux (Uniopss) et l’assureur Macif, révèle également que face à ce sentiment d’inquiétude, la famille arrive en tête des valeurs (46 %). Viennent ensuite l’honnêteté (33 %) et la justice (32 %), la solidarité n’arrivant qu’en huitième position (20 %).

Les associations : des acteurs de confiance face à la crise

De plus, s’ils avaient besoin d’aide, les Français disent qu’ils se tourneraient en priorité vers leur famille ou une association, bien avant l’État. Ils sont ainsi nombreux à penser que la solidarité relève désormais de l’initiative individuelle et associative et de moins en moins de l’État providence. D’ailleurs, les associations viennent en tête (67 %) des acteurs de confiance qui sont, selon eux, les plus à même d’agir contre la crise.

Enfin, 59 % des personnes interrogées pensent que « les dispositifs de protection sociale à l'égard des personnes en situation de précarité (Sécurité sociale, allocations familiales, assurance chômage, aides au logement, etc.) doivent rester une priorité pour les finances publiques » (82 % parmi les sympathisants de gauche) tandis que 31 % pensent au contraire qu'ils « doivent être réduits car il est nécessaire de réduire les dépenses publiques » (46 % à droite).

 

Source : www.faire-face.fr