UDAF 13
tuteurs familiaux

Actualités

Voir toutes les actualités

PMA : Défendre le droit fondamental des enfants d’avoir un père et une mère

L’annonce faite hier par Madame Marlène SCHIAPPA, secrétaire d’Etat à l’égalité entre les femmes et les hommes, d’une légalisation de la P.M.A pour les femmes seules et les femmes homosexuelles dès 2018, nécessite quelques précisions sur le fond et la forme.

L’UDAF13 rappelle que la Procréation Médicalement Assistée a été conçue dans un cadre médical pour aider les couples rencontrant des difficultés de procréation : infertilité etc.

Ces progrès sont salués par tous, tant de couples ont pu accueillir des enfants grâce à une assistance médicale à la procréation.

Ce à quoi nous assistons aujourd’hui n’est plus la volonté d’aider des couples à avoir un enfant mais la volonté contraire à toutes les lois de la nature de rendre fertile une union de même sexe qui est par définition impropre à la reproduction. Il est donc ambigu en la circonstance de parler d’assistance médicale à la procréation.

Les motivations avancées sont également extrêmement contestables. Le fait que des centaines de femmes transgressent la loi pour réaliser ailleurs ce qui est interdit chez nous est un argument irrecevable pour tout démocrate, sauf à remettre en question tous les fondamentaux d’une démocratie.

Par ailleurs, la souffrance exprimée par les personnes de même sexe ne pouvant, par nature, pas procréer ne saurait justifier la création d’un droit à l’enfant car elle s’opposerait de facto au droit de l’enfant à disposer d’un père et d’une mère.

L’UDAF13 s’oppose à la légalisation de pratiques comprenant intrinsèquement la privation du droit des enfants à avoir des parents composés de deux personnes de sexes différents.

Entre les désirs des adultes et les droits des enfants notre société doit arbitrer.

Pour l’UDAF des Bouches du Rhône de toute évidence c’est le droit des enfants qui doit primer. L’UDAF saisira en ce sens le Défenseur des Droits dans les prochains jours.

 

Pour l’UDAF 13

Le Président

Christophe MAGNAN